Cotations Hospitalières

Pour chaque établissement :


Centre hospitalier : ignorance, incompétence, manque de réactivité face à une situation qui les dépassait.
– Je considère que mon état final est en grande partie de leur faute.
– Je sais que mon état était très sérieux mais j’aurais dû m’en sortir beaucoup mieux que ce qui es le cas s’ il n’avaient pas tenté de jouer au Docteur House.

C.H.U. : Une partie semble blasée par son travail et vient là pour avoir son chèque en fin de mois, une autre partie se décharge des tâches qui leurs incombe sur des stagiaires mais encore une chance il reste une grande partie qui se consacre corps et âme aux malades qui leurs sont confié mais malheureusement comme ils doivent également prendre en charge tous ceux qui sont délaissé par le reste du personnel ils n’en peuvent plus et parfois baisse les bras.

– Je considère pour le service des soins intensifs qu’ils sont en grande partie responsables de mon état final par le non-respect des soins nécessaires à un patient atteint gravement au niveau de la colonne vertébrale et aussi majoritairement responsable de mon état de contamination, à ce jour trois ans et demi durant lesquels je n’ai plus eu de vie sociale.
– Je considère les soins préopératoires comme étant d’une négligence impardonnable.
– Je considère l’opération comme étant une réussite étant donné toutes les incompétences que le praticien a dû tenter de réparer.
– Je considère les soins postopératoires en chambre comme parfait dans mes souvenirs par la gentillesse du personnel, les soins très doux et respectueux.

Revalidation :

– Pas grand-chose à dire si ce n’est que lorsque le chat n’est pas là, les souris dansent.
Je m’explique, le chef du personnel était également chargé de veiller au bon déroulement des travaux qui consistaient à la construction du nouveau centre hospitalier ce qui fait qu’il était rarement présent dans le service, donc pas de chef tout le monde es son propre chef.
Avec certaines équipes composées de trois personnes et une réserve volante entre deux étage.

Sachant que deux fois toutes les heures minimum deux d’entre elle disparaissaient pour aller fumer leur cigarettes en s’arrangeant ouvertement en demandant l’une à l’autre ou elles en étaient dans les soins pour savoir la quel allais attendre l’autre pour sortir ensemble, celle qui restait devais courir pour faire son travail plus celui des absentes, ce qui la mettait de mauvaise humeur mais je ne leurs en veux pas pour cela car en générale la pauvre qui courrai s’efforçait malgré tous à garder un certain calme et à rester professionnelle mais le plus marrant dans ce comportement c’est que ces fumeuses invétérées qui disparaissait donc deux fois dix minutes toutes les heures avais ensuite le culot d’engueuler les malades car ils n’avais qu’à attendre car elles étaient débordées et n’arrivait pas à s’occuper de tout le monde en même temps, GAG comme situation non ?

– Je considère les soins très lourds lors de mon admission comme ayant été parfaitement suivit et avec une très grande gentillesse de la part de tout le personnel (mais le chef était là à ce moment-là) sans garantie de l’endroit où était déversée mes urines durant la nuit, je pense que cette pratique de l’évier était généralisé pour éviter de perdre du temps et de courir dans le couloir pour se rendre au W.C. – Je considère les soins qui m’ont été apporté comme satisfaisant pour la suite, sans plus. – Je considère que le centre est responsable de mon maintient en isolement et de toutes les souffrances morales et physique par les soins que je m’imposais dans le but illusoire de m’en sortir, psychologique par la perte d’une vie sociale décente.

En conséquence et pour conclusion finale
– il serait souhaitable de faire comprendre qu’il n’est pas bon de se reposer sur une partie du personnel en étant d’une permissivité incroyable via une minorité qui nuit à la bonne tenue de tout un service en pénalisant très gravement les membres du personnel les plus motivés.
– Je crois très sérieusement que les dirigeants sont au courant de ces pratiques et qu’ils ferment les yeux, il s’avère donc plus que temps de les rappeler à l’ordre.

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/6/4/5/abcii.be/httpd.www/handicape/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Laisser un commentaire